Les métiers de demain

Quand tu étais enfant, on t’a sûrement déjà posé cette question : « Tu veux faire quoi plus tard ? » Et nos parents, oncles et tantes étaient loin de se douter de l’absurdité de cette question. Comme je l’ai déjà évoqué dans l’article concernant la réussite, nous sommes actuellement en train de vivre une véritable transition dans le monde du travail. Dans l’idée de t’aider à trouver ta voie et ton avenir, j’ai réfléchi à une possibilité de te faire découvrir des métiers. Puis, j’ai surtout réfléchi sur la pertinence de ce choix. Comme je le disais également dans mon article précédent, de nombreux métiers dits « métiers du numérique » sont apparus dans les dernières années. Et ces métiers, tels que UX Designer, Inlfuenceur ou encore social media manager, sont devenus primordiaux pour les entreprises.
Alors quels métiers exercerons-nous en 2030 ?

Savoir que 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore montre que le numérique est en train de provoquer une révolution toute aussi conséquente que la révolution industrielle voire encore plus.Par ailleurs, il est également important de prendre conscience que la robotisation et l’automatisation vont supprimer 2 milliards d’emplois dans le monde d’ici 2030 selon le chercheur Thomas Frey, directeur du Da Vinci Institute.
Aujourd’hui personne ne sait quels sont les métiers qui seront exercés en 2030. Et le changement est enclenché et ne fait que s’accélérer. Finalement, de tout ça qu’est-ce qu’il restera ? Il restera l’humain.

Le système éducatif actuel, hérité de la révolution industrielle, est entièrement à repenser. Nous allons devoir créer des écoles qui permettront de préparer à des métiers qui n’existent pas encore. Nous allons devoir penser différemment et apprendre à apprendre. C’est déjà comme ça qu’est pensée l’école 42 de Xavier Niel basée sur le mécanisme d’apprentissage du peer-learning. Apprendre à apprendre en groupe, en autodidacte grâce à tous les supports disponibles en ligne. Cette école permet aujourd’hui d’apprendre à développer, mais le principe du peer-learning pourrait s’appliquer à bien d’autres domaines.Ce process d’apprentissage favorise également la créativité des individus.

De nouveaux modes de travail vont également devenir la norme dans les années à venir tels que le freelancing, le télétravail, le reverse mentoring… Il va devenir normal à 35 ans d’être passé par 10 emplois différents qui n’ont rien à voir entre eux. Cela ne sera possible que grâce à la grande capacité d’adaptation des individus et de leur apprentissage permanent. De plus en plus, les recrutements ne se font plus sur les compétences, mais sur la personnalité, les valeurs.Ce mode de recrutement permet de replacer l’individu dans un contexte de travail qui a du sens et qui lui permet de s’accomplir.

Toutes ces mutations sociales doivent donc être intégrées à la fois par les entreprises mais aussi par le système éducatif afin d’élaborer ensemble des conditions propices au futur monde du travail. Les stratup, ont déjà pour la plupart sur ce point une longueur d’avance sur les grands groupes qui ne jurent que sur les écoles, et restent rassurées par des profils diplômés. Tandis que par ailleurs dans le monde, les diplômes sont déjà bien moins valorisés et ce qui compte par dessus tout c’est l’expérience qui elle permet de se faire une idée sur le parcours de la personne, sur son histoire, sur sa personnalité par la justification de ces choix de carrière.

On peut imaginer que l’école de demain serait une école sans professeurs, où les étudiants seraient en autonomie et apprendraient à apprendre en groupe. Cela passe par une mise à disposition de ressources en e-learning, la réalisation de projets concrets dès les premières années d’étude. Une communauté de mentors permettrait de challenger les projets et aiderait les étudiants à trouver leur place au sein des équipes. Ainsi les étudiants à la sortie de leur cursus seraient bien plus à même de s’adapter aux besoins des entreprises et seraient des couteaux suisses dont le critère différenciant ne serait autre que l’humain, la personnalité, les valeurs.
Finalement, cela permettrait à chacun de se frayer son propre chemin, qui serait unique et surtout chaque individu pourrait avancer à son rythme.

Dans un prochain article, je prévois d’exposer les différents systèmes scolaires d’autres pays européens qui existent actuellement et qui m’intéressent particulièrement … Peut-être qu’ainsi on parviendra plus facilement à redessiner l’école de demain.

Je te laisse m’écrire tes belles idées dans les commentaires,
Dans l’attente de te lire,
Claire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s